C'est bien sûr avant tout une histoire de niveau mais aussi d'envies et de période.

Les grands raids se font majoritairement au printemps, au moment ou la neige est plus abondante en altitude et ou les conditions nivologiques plus stables.

Entre les deux modes, la condition physique reste un critère important: pour un stage en étoile, le portage du sac sera moins important, les étapes moins longues, l'engagement est moindre et on a la possibilité de rester au "camp de base" en cas de coup de barre ou si l'on est malade. Pour un raid, les étapes sont obligatoires et nécessitent d'avoir le niveau requis afin de les réaliser et de pouvoir en profiter vraiment.

Après si le choix est difficile entre les différents raids, entre les grandes classiques et les noms dont on a jamais entendu parler, ce n'est pas que ces derniers soient moins intéressants mais qu'au contraire il y a moins de passages, la pratique y est plus confidentielle, les massifs plus sauvages.

Pour les destinations, l'éventail est assez large et couvre une part des Pyrénées françaises et espagnoles au départ de Saint-Lary, les Alpes du Sud de Nice à Chamonix en passant par le Queyras depuis le centre Ucpa à Serre-Chevallier, le parc national de la vanoise au départ de Pralognan et les Alpes du Nord de Chamonix jusqu'à Innsbrück en Autriche en passant par la Suisse et l'Italie depuis le centre Ucpa d'Argentière.